Le Master « Propriété industrielle et artistique » a été créé en 2005 avec pour ambition de donner une formation approfondie en droit de la propriété intellectuelle à des étudiants déjà dotés d’une bonne base généraliste à l’issue du M1, base qui est toutefois consolidée par un enseignement obligatoire de droit civil à choisir entre droit des obligations et droit des biens approfondis. Il offre un tronc commun constitué à parts égales de séminaires annuels de propriété industrielle et de droit d’auteur et d’un cours magistral transversal sur des thèmes fondamentaux et actuels dans les deux branches. Autour de ce tronc commun, la particularité du diplôme est d’attacher des enseignements dans des matières qui, sans faire partie « stricto sensu » de la propriété intellectuelle, en sont des compléments nécessaires : droit des media, droit des signes géographiques et de qualité, droit du marché de l’art, droit de la concurrence… Les étudiants reçoivent, en outre, un enseignement de langue obligatoire (anglais appliqué à la propriété intellectuelle ou allemand juridique).

Ce Master est un Master dit « recherche » : cette expression ne doit pas tromper, elle signifie que l’on y approfondit les connaissances et aussi les méthodes de travail, que l’on apprend certes la recherche à travers la rédaction d’un mémoire mais dans une optique très concrète, car le M2 forme essentiellement de futurs praticiens (avocats, juristes d’entreprise, etc), tout en ouvrant la voie de la thèse à ceux qui le souhaitent, bien sûr. Les enseignements sont assurés par des universitaires pour l’essentiel mais des praticiens participent soit en assurant un cours, soit, le plus souvent, par des interventions ponctuelles d’une demi-journée durant laquelle ils viennent faire connaître leur métier et la pratique quotidienne de la propriété intellectuelle. D’autres occasions (colloques, séminaires…) sont parfois trouvées pour aborder les questions dans des conditions différentes et avec d’autres interlocuteurs.